Soudan : trafic d’êtres humains démantelé


Un réseau de trafic d’êtres humains a été démantelé fin août à Khartoum (Soudan), permettant de sauver 94 personnes, parmi lesquelles 85 enfants, dont certains travaillaient dans des mines d’or illégales, annonce lundi Interpol.

L’ »Opération Sawiyan », qui s’est déroulée du 26 au 30 août, a permis d’arrêter douze femmes et deux hommes au cours d’un vaste coup de filet de la police locale, avec l’appui d’Interpol. Ce coup de filet a visé « plusieurs points névralgiques » de la ville, comme l’aéroport international et des mines d’or à ciel ouvert situées à l’est, précise dans son communiqué l’organisation internationale de police criminelle, dont le siège est à Lyon.


Victimes de nombreuses nationalités

Les personnes arrêtées sont suspectées d’appartenir à des groupes criminels impliqués dans « l’immigration clandestine, le travail d’enfants et la mendicité forcée ». « La diversité des nationalités parmi les personnes secourues (Soudan, Soudan du Sud, Tchad, République du Congo, Erythrée, Niger, ndlr) montre à quel point la traite des êtres humains et le trafic des êtres humains constituent un problème véritablement transnational, qui nécessite une réponse internationale coordonnée », déclare Tim Morris, le directeur exécutif des services de police d’Interpol, cité dans le texte.

De nombreuses victimes mineures du réseau ont été découvertes dans des mines d’or exploitées illégalement, travaillant « dans des conditions extrêmes ». Des enfants, certains âgés « d’à peine 10 ans », y ont été ainsi surpris en train de manipuler des produits chimiques dangereux tels que le « mercure ou du cyanure ».

Vingt mille dollars (17.325 euros) ont été également saisis durant l’opération, dont une partie pourrait correspondre « au versement d’une rançon » après l’enlèvement d’un migrant, qui fait partie des victimes du réseau démantelé, selon la même source. L’ »Opération Sawiyan » a mobilisé 200 policiers soudanais de différents services, parmi lesquels ceux de la lutte contre le trafic humain, de la protection de l’Enfance ou de l’antenne locale d’Interpol.


 

Src: AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *