SÉNÉGAL : VIOLATION DE LA LOI SUR LE LITTORAL PAR DES PROMOTEURS VÉREUX


Sur la plage du Cap Manuel qui se situe entre l’Hôpital Le Dantec et la clinique du Cap, des promoteurs véreux, dont nous tairons leurs noms sont en train de violer la loi sur le littoral en fracassant la falaise qui tient le plateau et envoient de la latérite vers la plage. Quand la marée monte, les vagues frappent directement sur cette bande de latérite.

L’urbanisation croissante, pas assez guidée ni encadrée, exerce une telle pression sur notre environnement naturel qu’elle en dégrade nos villes et malheureusement notre littoral aujourd’hui livré à une voracité foncière sans nom, et une spéculation tous azimuts.

Aujourd’hui la quasi-totalité de la Corniche Ouest de Dakar a été bradée par l’État du Sénégal, y compris la plupart des terrains encore nus.

A l’avenir, on aura bientôt plus le droit de voir la mer depuis Dakar à cause des constructions en bord de mer. En plus de ça ces promoteurs risquent de mettre en péril les personnes qui vont habiter dans ces bâtiments qui vont s’effondrer tôt ou tard car au préalable il n’y a pas eu d’études d’impact environnemental et on constate aussi qu’ils ont mal compacté la falaise.

Depuis 2015, Dakar est en train d’être détruite au niveau des côtes, en effet il n’y a pas de contrôle nécessaire voire même efficace de la part de nos gouvernants quant au construction de ces bâtiments.

Le littoral est un espace très convoité par l’homme comme le montre l’emplacement des capitales, des infrastructures, du tourisme, de la pêche, et où se sont épanouies des cultures riches et originales.

Le bradage du littoral sénégalais pose des questions et suggère des réponses qui vont au-delà des clivages politiques. Il ne peut être un objet de stratégie électorale.