Notre Histoire


MOUAMMAR KADHAFI, LE GUIDE LIBYEN



Mohammed Kadhafi est l’un des hommes qui ont marqué l’Afrique de par leur détermination pour la liberté de l’homme noir. Mais pendant longtemps, il a été présenté comme un dictateur parce qu’il ne donnait pas la parole à son peuple, qui vivait vraiment bien. Avec Mouammar Kadhafi, il était difficile pour les occidentaux de piller les richesses du peuple libyen. Pour se faire, la campagne occidentale contre son régime était telle que les africains avaient une mauvaise idée de l’homme qu’on a trouvé mauvais pour son peuple. On avait tout faux parce qu’en Libye, il n’y a pas eu pauvreté chronique comme ce qui se passe actuellement dans plusieurs pays au Sud du Sahara malgré l’absence de la démocratie dans le pays.

Mouammar Kadhafi (en arabe : معمر القذافيMuʿammar al-Qaḏāfy ou Abū Minyar Muʿammar ʿAbd al-Salām al-Qaḏhdhafî), né vers 1942 à Qasr Abou Hadi et mort le  dans les environs de Syrte, est un militaire et homme d’État libyen.

Officier des forces armées libyennes, Kadhafi arrive au pouvoir lors du coup d’État de 1969, qui renverse la monarchie. Il se distingue d’emblée par une politique volontariste visant à concrétiser les objectifs du panarabisme. En 1977, il réorganise les institutions de la Libye en faisant du pays une Jamahiriya (littéralement un « État des masses »), théoriquement gouvernée par le peuple lui-même selon un système de démocratie directe. En 1979, il renonce au poste officiel de chef de l’État, mais demeure de facto aux commandes de la Libye avec le titre de « guide de la Révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste » (ou plus simplement « guide de la Révolution » ou « frère guide »), exerçant un pouvoir absolu en dehors de tout cadre temporel ou constitutionnel.

Sur le plan intérieur, son régime utilise les ressources financières de la Libye pour en développer les infrastructures, l’éducation et le système de santé ; les libertés politiques sont par contre quasi nulles et le pouvoir s’appuie sur un système de terreur et de surveillance constante de la population. Sur la scène internationale, Kadhafi milite pour le panarabisme et le panafricanisme ; il utilise en outre la manne pétrolière pour financer des organisations terroristes et autres mouvements de rébellion à travers la planète. Il est notamment accusé d’être le responsable de l’attentat de Lockerbie en 1988 et de l’attentat contre le vol 772 UTA en 1989, qui ont coûté la vie à 440 personnes. Sa politique vaut un temps à la Libye d’être isolée sur le plan international. Par la suite, au début des années 2000, il opère un changement d’attitude diplomatique et parvient à revenir en grâce en se positionnant en allié de l’Occident dans la « guerre contre le terrorisme ».

À partir de , son pouvoir, en place depuis plus de 41 ans, est menacé par une contestation populaire que la répression transforme rapidement en insurrection armée, puis en guerre civile. Lors de la prise de Tripoli par les rebelles en , Mouammar Kadhafi fuit la capitale. Il est peu après capturé, lynché et tué dans les environs de Syrte.

Sur le plan continental, le guide libyen a toujours milité pour le panafricanisme et le panarabisme. Mais malheureusement, après avoir fait du bien à certains leaders occidentaux, il sera confronté à une révolution armée de son peuple, manipulé par les occidentaux qui voulaient avoir main basse sur le pétrole libyen. Son pays sera bombardé et il sera assassiné, au nom d’une certaine liberté, sur ordre des occidentaux. Kadhafi comme tous les autres grands hommes qui ont marqué l’histoire était le promoteur de l’Unité africaine.