LE MINISTÈRE SÉNÉGALAIS DE L’ENVIRONNEMENT RECONNAÎT LA MORT D’ANIMAUX SAUVAGES PENDANT LEUR TRANSFERT


Le ministère sénégalais de l’Environnement a reconnu mardi le transfert de six animaux sauvages d’une réserve publique à une ferme privée. Il a reconnu aussi la mort de deux de ses bêtes, après des informations mettant en cause le ministre dans cette opération.

“Oui il y a eu transfert de faune de la réserve du Ferlo (nord du Sénégal) vers la ferme SAEL qui est un domaine privé”, a affirmé le ministère sénégalais de l’Environnement. Il n’a pas confirmé ou infirmé les informations attribuant cette ferme privée au ministre de l’Environnement Abdou Karim Sall.

Six oryx algazelles, des animaux rattachés à la famille des antilopes, ont été transférés dans cette ferme privée dans un cadre visant à “promouvoir les initiatives privées” dans la gestion de la biodiversité au Sénégal, a précisé le ministère suite à des questions de l’AFP et sans indiquer la date de ce transfert.

Le quotidien privé sénégalais “Source A” écrivait lundi que M. Sall avait fait acheminer ses six animaux d’une réserve publique à Ranérou (nord) à une ferme privée à Bambilor, près de Dakar, lui appartenant.

Toutes les bêtes n’ont pas survécu à cause des “difficiles conditions” de transfert et parce que la réserve privée du ministre ne remplissait pas toutes les conditions requises, disait Source A.

“Les Sénégalais ont le droit de savoir sur quelle base légale les six (bêtes) ont quitté un parc national pour peupler la réserve privée du ministre de l’Environnement où elles seraient mortes”, a écrit sur Twitter Seydi Gassama, responsable de la section sénégalaise d’Amnesty Internationale.

Le sujet était abondamment commenté sur les réseaux sociaux.

“Toutes les antilopes sont arrivées vivantes à destination (dans la ferme privée). Mais au cours de leur libération dans l’enclos d’accueil, il y a eu deux d’entre elles qui ont eu des difficultés pour se relever” à cause de “quelques blessures et une fracture du fémur” lors du transport, a poursuivi le ministère.

“Les quatre (antilopes) restantes sont vivantes et bien portantes”, poursuit-il, reconnaissant ainsi la mort de deux de six bêtes.

L’Etat “accompagne toutes les initiatives privées” dans la gestion de la biodiversité “sur la base de protocoles d’accord dûment établis”, dit le ministère de l’Environnement.

Le transfert des six antilopes s’est fait légalement et “dans des caisses spécialement conçues pour cela” et avec un personnel qualifié du ministère.