------
Zika : Martini ...
 

Zika : Martinique et Guyane déconseillées aux futures mères

01 Fev 2016
Tag: PHP

 

 

Le virus transmis par certains moustiques est soupçonné de provoquer de graves malformations chez le foetus.

L'épidémie de Zika qui sévit sur le continent américain génère une inquiétude croissante, relayée par les dirigeants du monde entier. Cette pathologie, le plus souvent bénigne, est soupçonnée de provoquer des microcéphalies chez le fœtus et des atteintes neurologiques (syndrome de Guillain-Barré). Transmise à l'homme par certains moustiques du genre Aedes, elle s'est étendue à 23 pays et territoires de la région et pourrait toucher, à terme, 3 à 4 millions de personnes, a estimé hier l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

© Jorge Cabrera / Reuters/REUTERS

 

Devant cette propagation «explosive», la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, a annoncé hier la tenue d'un comité d'urgence lundi. Les experts devront décider si l'épidémie constitue «une urgence de santé publique de portée internationale». Il n'existe pour l'heure aucun vaccin contre le Zika, et les scientifiques s'accordent à dire qu'il faudra sans doute des années pour en mettre un au point. En l'absence de traitement, la prise en charge consiste à soulager les malades: hydratation, paracétamol contre la fièvre et les douleurs (maux de tête, douleurs articulaires et musculaires), antihistaminiques en cas de démangeaisons. Ces symptômes très courants le rendent difficile à diagnostiquer - sans compter que les trois quarts des personnes infectées n'ont pas de symptômes.

 

Face à la menace, le président américain, Barack Obama, avait appelé mardi à «accélérer les efforts de recherche pour mettre au point de meilleurs diagnostics, des vaccins et des traitements».

 

24 cas «importés»

En France, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a déconseillé hier aux femmes enceintes de se rendre en Guyane et en Martinique, où sévit l'épidémie. «Dans des cas limités, la maladie peut être très grave avec des effets neurologiques et, pour les femmes enceintes, des complications, des malformations pour leur bébé. (…) Il y a un enjeu de santé publique», a-t-elle déclaré. Selon la gravité de l'atteinte cérébrale, la microcéphalie peut conduire à la mort in utero, au décès rapide du nouveau-né ou à un handicap psychomoteur et moteur de l'enfant.

 

Le Brésil est le pays le plus touché par le Zika, mais les autorités ne communiquent pas le nombre de cas. C'est là que le lien entre Zika et microcéphalie a été suspecté pour la première fois, en 2015, devant l'augmentation soudaine du nombre de malformations par rapport à l'année précédente. Toutefois, le lien causal direct entre cette infection et ces complications n'a pas encore été établi avec certitude.

 

En Europe, le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, le Danemark et la Suisse totalisent 24 cas, des personnes infectées lors d'un voyage outre-Atlantique. La France métropolitaine a enregistré depuis janvier cinq cas «importés», mais bénins. Bien que le moustique Aedes albopictus (moustique-tigre), possible vecteur du virus, soit présent dans plus d'une vingtaine de nos départements, l'hiver nous protège pour l'instant du risque d'apparition de cas «autochtones».

 

Src: sante.lefigaro.fr