------
Ces héros qui changent ...
 

Ces héros qui changent le monde

09 Nov 2015
Tag: PHP

 

 

Maison écolo, reforestation, potagers urbains... À l’occasion de la COP21, grande conférence de l’ONU sur le climat, nous vous emmenont aux quatre coins de la planète à la rencontre de ces héros qui changent le monde.

 

Jean Jouzel, partisan de la sobriété énergétique

"Il nous faut aller vers une société sobre en carbone", c’est le message que le glaciologue et climatologue français Jean Jouzel ne cesse de marteler. "Car le premier contributeur à l’augmentation de l’effet de serre, c’est l’utilisation de combustibles fossiles… ", se désole ce fin connaisseur du Groenland et de l’Antarctique, directeur de recherches au sein du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives. A titre indicatif, le pétrole, le charbon et le gaz représentent encore 65% de la consommation d’énergie finale en France en 2014, contre 10,5% pour les énergies renouvelables.

 

 

Au Vietnam, le changement climatique expliqué aux jeunes

Activiste climatique, tel est son métier. Quadra dynamique et passionnée, la Vietnamienne Hong Hoang est coordinatrice du mouvement "350.org", en Asie du Sud-Est. Une région particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique, du fait de la montée des eaux. La mission de Hong Hoang consiste à faire prendre conscience à la jeunesse du Vietnam, de Singapour, du Cambodge, du Laos, de la Birmanie et de la Thaïlande que chaque geste a un impact sur l’environnement. "C'est difficile de changer les mentalités des personnes âgées, donc j'ai commencé avec les jeunes, explique-t-elle. On leur montre qu'ils peuvent agir à leur échelle, en organisant des événements là où ils travaillent ou dans leur fac…" À l’image de cette mobilisation lancée en mai dernier, dans les rues d’Ho Chi Minh-Ville, pour appeler à la protection de la Grande Barrière de corail.

 

 

En Egypte, le solaire commence à faire de l'ombre aux énergies fossiles

Quatre ans après son lancement en 2011, la start-up égyptienne Karm Solar a le vent en poupe. Pas plus tard qu’à la mi-octobre, elle a obtenu l’autorisation officielle de vendre son électricité solaire photovoltaïque à des habitants coupés du réseau électrique national, rapporte le site Wamda. Une première dans l’histoire énergétique du pays. Quelques mois auparavant, Karm Solar décrochait un juteux contrat avec une compagnie hôtelière pour mettre en place une immense centrale solaire de 50 000 m² à Sahl Hasheesh, non loin des rives de la mer rouge. À la clé : 2,5 millions de dollars.

 

 

Caroline Dama a contribué à faire planter 100 000 arbres au Kenya

La reforestation, ça lui connaît. Ce ne sont pas cent, pas mille, mais quelque cent mille arbres que la Kényane Caroline Dama a contribué à faire planter dans son pays en 2013, dans le cadre du programme "Green World". Au cœur de son action, la sensibilisation des écoliers aux questions environnementales : "Je pense qu'il faut le faire quand ils sont petits pour qu’ils ne commettent pas les mêmes erreurs que nous ou nos parents ont faites". Concrètement, chaque jeune participant met un arbre en terre, dont il doit ensuite s’occuper.

 

 

Benoit Lavigueur, inventeur de la maison la plus écolo du Québec

Il y a cinq ans, le charpentier québécois Benoit Lavigueur a construit de ses mains une imposante bâtisse rouge à Sainte-Martine, non loin de Montréal. Particularité ? Tout est conçu pour réduire la consommation d’énergie : robinetterie spécifique pour diminuer le débit d’eau, orientation optimale pour capter la chaleur du soleil, toilettes à l’eau de pluie… Résultat, le Canadien et sa famille ont réduit de 90% leur consommation d’eau et de 75% leur facture de chauffage.

 

 

L’éprouvette du professeur Duong Van Ni

À première vue, l’éprouvette du professeur Duong Van Ni ressemble à un flacon à bulles. Très simple d’utilisation, ce tube à essai permet en réalité de mesurer la salinité de l’eau. Une fois le récipient rempli, une petite masse flottante est immergée à l’intérieur. "Plus elle flotte haut, plus le prélèvement est salé", explique l’enseignant vietnamien à l’origine de cette trouvaille, qu’il distribue aux riziculteurs. Reste ensuite à centraliser les résultats dans une base de données, afin de mieux appréhender la salinité de la région : celle du delta du Mékong, dans le sud du Vietnam. Souvent qualifiée de "grenier à riz", elle compte quelque 18 millions d’habitants, soit 20 % de la population.

 

Vidéos : Ces héros qui changent le monde

 

 

 

 

Src: geo.fr